L’Equipe

 

Olivia

Ma rencontre avec la laine est d’abord passée par la teinture naturelle et le tissage artisanal à l’occasion de plusieurs voyages en Amérique Centrale. Là-bas, les indiens Boruca et les artisans avec lesquels j’ai eu la chance de travailler m’ont permis d’entrevoir la richesse mais aussi la fragilité de leurs savoirs textiles.
L’Ariège est un département pastoral où la laine pousse en abondance. J’ai appris à la trier, la filer, la teindre, la tisser… Chaque année pendant la tonte, j’ai les pieds dans la bergerie et les mains dans la laine pour trier les plus belles qualités. Au fil des rencontres et des expériences, un projet plus large autour de la valorisation des laines locales s’est dessiné. L’idée était d’expérimenter des débouchés pour ces laines triées, en créant des partenariats avec les éleveurs. C’est ainsi qu’en 2015 nous avons entamé avec Paul nos premières expériences avec la laine de son troupeau… une aventure devenue partenariat pour construire Laines Paysannes.

 

 

Paul de Latour de Laines Paysannes

Paul

Après plusieurs années d’études et de voyages, j’ai pris la décision de revenir sur la ferme familiale en 2012, située sur la commune de Saverdun, aux pieds des Pyrénées.
Maintenant associé en GAEC avec mon père, nous élevons des brebis Tarasconnaises en Agriculture Biologique et en plein air intégral. A l’approche de l’été, le troupeau transhume dans les montagnes de la Haute-Ariège.
Les premières années, j’ai mis en place le réseau de commercialisation nécessaire pour valoriser toute notre production en vente directe. C’est dans la démarche de proposer des produits de qualité et de valoriser au mieux toutes les productions du troupeau que nous avons envisagé de valoriser notre laine. Depuis, l’idée a cheminé au-delà du troupeau.

 

 

Sarah Ho

« Sarah vient d’ici et de là, elle vagabonde et tisse les liens qu’il faut, fait réseau autour de ses projets.
Elle apprend les techniques qu’on oublie, elle va les chercher auprès de ceux qui les connaissent et les chuchotent, tout haut, pour qu’on les regarde à nouveau.
Elle tisse, tapisse, elle feutre, elle grave elle brode, elle raconte. Le textile porte et incarne ses mots. »
Formée à l’école Duperré en tapisserie d’art puis en design à Toulouse, Sarah Hô s’intéresse aux gestes de production, aux techniques et aux matières textiles. L’atelier est son terrain d’expérimentation, là où elle essaye et fabrique, où elle convoque et « redit » des savoir-faire qu’elle a appris auprès d’artisans en France et en Asie : tisserands, lissiers, brodeurs, feutriers, fondeurs, graveurs, etc. Depuis quelques années, elle s’intéresse tout particulièrement à l’objet tapis : une surface tissée, un lieu de rencontres, un objet nomade et vecteur de récits.

 

 

Cécile

Laines Paysannes, c’est aussi des liens qui se font et se refont. Des amis qui reprennent contact après plusieurs années, et c’est ainsi qu’une simple visite de Cécile au GAEC de Latour c’est petit à petit transformée en un travail commun et qu’elle s’est investie dans le projet.
Séduite par l’éthique et la traçabilité, une main dans la laine, l’autre sur le clavier, elle s’occupe d’une partie de la communication web et de la vente en circuits courts.

 

 

 

Marie

Formée dans la gestion des espaces pastoraux, c’est tout naturellement que Marie c’est intéressée à la laine suite à sa rencontre avec Olivia pendant ses études.
Aujourd’hui, elle est un pilier du fonctionnement pratique de Laines Paysannes : gestion des stocks, de la facturation, préparation des envois, commercialisation en vente directe…Marie apporte sa rigueur et sa fiabilité au quotidien de notre entreprise. Et comme après tout ça elle a encore de l’énergie, elle gère aussi la vie associative de Laines Paysannes.