LA LAINE SUPERWASH – OU COMMENT LE xxEME SIECLE A REINVENTE L'INCONFORT

D’abord, commençons par une mise en situation. Imaginez-vous, à la recherche de matières plus naturelles pour votre garde robe : en promenade dans les grands magasins, on cherche un tissu qui soit bien pour « sauver la planète », mais quand même facile à entretenir…Vendue comme le comble de la pratique et du confort, la laine superwash peut se passer en machine : la révolution. Vous vous voyez donc, craquer, l’esprit serein, en vous disant « parfait, une matière naturelle, respirante et confortable (car vous vous renseignez) et qui sera facile à entretenir. Ma vie est belle. »

C’est ici qu’on va vous proposer un (gentil) arrêt sur image. A Laines Paysannes, la moitié de l’équipe – tous ceux qui ne viennent pas du milieu textile – ont du faire la même erreur que vous.

Le traitement superwash, c’est un procédé qui est apparu en réponse à une transformation du marché.

Histoire de la Laine « Pratique »

Après la seconde guerre mondiale, l’industrie lainière fait face aux textiles synthétiques qui se développent très rapidement. A tel point que dans les années 60, elle perd 40 % de son prix d’achat. Il a fallu alors trouver des façons de s’adapter au marché du vêtement « facile à entretenir ».

L’idée du siècle ? La recouvrir de plastique !

Techniquement c’est un peu plus compliqué : depuis l’invention du superwash, plusieurs brevets ont été déposés pour traiter la laine et la rendre lavable en machine.

Globalement, on peut résumer le procédé ainsi. On commence par un traitement au chlore : il s’agit d’un bain d’acide qui referme tout simplement les fibres. Ainsi partiellement détruites et refermées, elles s’accrocheront moins entre elles.
Il est ensuite ajouté ou non, un bain de résine. La fibre est trempée dans un bain de polymère qui la recouvre et termine d’aplanir les écailles.

Ainsi, chacun/e est en mesure de laver son pull en laine en même temps que tous les autres vêtements de sa garde-robe, pas besoin de faire une lessive spécifique. C’est a peu près le seul vrai intérêt de ce procédé, car la fibre de laine perd ici toutes ses propriétés intéressantes. En plus, il s’agit tout simplement d’un processus industriel lourd, qui utilise des acides et des matières dérivées de la pétrochimie. Pour l’environnement, on peut faire mieux : ne pas intervenir.

Bienvenue dans le XXIème siècle : comme la nature est belle !

Si vous avez lu notre article « Arrêtons de laver nos vêtements », vous savez que la fibre de laine est composée d’écailles qui s’ouvrent et se ferment en fonction de la température. Elle attire l’eau vers son noyau, qui peut stocker jusqu’à 30 % de son poids en eau. L’extérieur de la fibre permet à l’air de circuler, pendant que l’intérieur maintient l’humidité. C’est ce qui fait que la fibre de laine est respirante et que l’on peut y transpirer en gardant la sensation d’être au sec !

Alors, si on referme les écailles de la fibre de laine, on obtient une matière lisse et résistante, mais inerte, car elle cesse de réagir à l’environnement et ne respire absolument plus….autant dire qu’elle perd un peu de son intérêt !

C’est peut-être une des tendances majeures de notre temps : redécouvrir à quel point la nature est bien faite et qu’il n’est pas toujours nécessaire d’intervenir. Chez Laines Paysannes, c’est donc par simple logique que nous refusons toute laine superwash. Si on est de bonne foi, il est quand même plus pratique d’arrêter de laver ses vêtements que d’inventer tout un procédé industriel pour avoir le droit de les laver plus souvent !

pull pure laine made in france
Un pull en laine toute simple, c’est joli aussi non ?