la tonte, étape cruciale pour la récolte d'une laine française

La récolte de la laine, c’est la base de notre projet. Nous sommes persuadés que c’est le lien entre les acteurs d’un filière qui lui donne du sens, la rend vertueuse et qualitative. C’est pourquoi nous récoltons la laine aux pieds du tondeur, nous aimons et connaissons la matière, les personnes qui contribuent à son existence. La tonte, c’est un vrai moment à part dans l’année. Un peu une fête sur la ferme qui ouvre ses portes et accueille du monde pour la journée. C’est aussi une étape cruciale dans la vie des brebis. On explique :

Un mouflon (Merci Wikipedia !)
Nos moutons (il leur reste un peu de cornes !)

Tout d’abord, il faut comprendre une chose : le mouton domestique n’est plus son cousin sauvage, le mouflon. Le mouton garde sa laine, elle ne tombe pas. A l’inverse de son cousin, le mouflon, qui mue une fois par an et perd un éventuel « trop plein » de fibres. Cela a un effet sanitaire important, car la mue empêche les parasites et champignons de trop s’installer.

Voilà pourquoi dans un contexte d’élevage, le mouton passe entre les mains du tondeur une à deux fois par an. Aujourd’hui cette étape dure le moins longtemps possible et les tondeurs ont des méthodes pour tenir et manipuler chaque brebis de façon à ce que tout puisse aller vite et être le moins inconfortable possible. C’est également l’occasion de soigner les petites plaies éventuelles, difficiles à repérer sous les toisons quand la brebis est au champ.

Nous avons la chance de connaître les éleveurs et les tondeurs et de travailler, année après année. Chaque nouvelle récolte est l’occasion d’améliorer la qualité, et nous sommes sures de produire une belle laine, qui vient de fermes où les animaux sont respectés.