0.00
0
Made in France VS mode éthique

Temps de lecture estimé : 5 minutes

Le Made in France est-il vraiment éco-responsable ?

Nous revenons tout juste du salon Made In France auquel nous participons chaque année et de nouveau, les remises en questions fusent… Si nous sommes ravies de vous retrouver, nos réflexions face au Made in bleu blanc rouge s’affinent et nous tenons à vous les partager.
Que signifie le Made in France et à qui profite-il vraiment ? Est-ce que le Made in France est vraiment écoresponsable ?

Selon une étude menée par Opinion Way pour Première Vision, 8 français·es sur 10 estiment que le Made in France est gage de qualité et 61 % des consommateur·rice·s ont acheté des vêtements made in France au cours des douze derniers mois. (Opinion Way, 02/2022). Le made in France a le vent en poupe et de plus en plus de marques floquées d’un petit drapeau bleu blanc rouge voient le jour.

Au salon du MIF, beaucoup de personnes nous ont demandé si nos articles étaient « vraiment » faits en France. Vous avez raison de nous poser la question, puisque le Made in France, ça veut un peu tout et rien dire.

Toutes nos laines sont issues d’une filière lainière paysanne française et notre chaîne est exclusivement française. Ce choix, ce n’est pas par élan nationaliste, bien au contraire. Nous sommes convaincu·e·s que co-construire une mode vertueuse, c’est assurer une vraie proximité entre les partenaires de filière pour permettre une interconnaissance et une vraie transparence dans les pratiques.

Alors dans cet article, nous essayons de mieux comprendre le schmilblick et les enjeux de ce terme de plus en plus galvaudé.

Le Made In France, c'est quoi exactement ?

« Fabriqué en France » ou « Made in France » sont des mentions d’origine qu’une entreprise choisi ou non de faire apparaître sur ses produits. Alors attention, pour que la douane (DGDDI pour Direction Générale des Douanes et Droits Indirects) ne vienne pas leur taper sur les doigts, les marques doivent tout de même respecter quelques critères.
Le terme Made in France peut apparaître sur l’étiquette d’un produit :

1- s’il « respecte un seuil minimum de valeur ajoutée produite en France du prix sortie d’usine » . (entreprises.gouv.fr, 2022)
Ce seuil est un pourcentage et dépend du type de produit. En clair, il faut que le produit soit un avantage économique pour la France s’il veut porter la mention sacrée.

2- si sa dernière « transformation substantielle » a été faite en France. (entreprises.gouv.fr, 2022)
Donc un t-shirt fait au Bangladesh, mais avec une broderie au slogan « There is no planete B », peut tranquillement apposer la mention Made in France s’il arrive à justifier que la broderie relève de la transformation la plus importante de sa chaîne de confection.

Eh oui, vous le sentez arriver ? Le greenwashing1 en toute impunité ?
Bien évidemment, « Not all the companies ». Certaines marques de vêtements ont vraiment à cœur de valoriser des savoir-faire français en contribuant à un mode de consommation plus éthique. Mais c’est là toute la complexité pour y voir clair !

Alors comment démêler le vrai du faux ?

Déjà, il est important de savoir qu’en-dehors de « Made in France » ou « Fabriqué en France », il n’y a aucune règle. Aussi, outre ces deux mentions, des termes comme « assemblé en France » ou encore « élaboré en France » peuvent être utilisés, mais ils ne prouvent rien du tout.
En réalité, pour savoir si un vêtement est vraiment français, pas le choix : il faut fouiller. Et ça demande un certain courage ! Toutes les marques ne sont pas généreuses quant à l’accès aux informations sur leur chaîne de production qui reste souvent bien opaque.

Prenons un cas d’étude. Notre ami le crocodile, dénoncé en 2020 de produire des vêtements issus de l’esclavagisme de la communauté Ouïghours, sort cette année son bonnet « fabriqué en France ». C’est en cliquant sur Traçabilité, puis sur Découvrez-en plus que votre radar anti greenwashing doit s’activer. Qu’est-ce qui vient vérifier ce fameux « fabriqué en France » ?

En réalité pas grand-chose. Aucune preuve, aucun nom de fournisseurs, de partenaires. Sans compter le reste des collections, qui elles, ne sont ni de près ni de loin faîtes en France. C’est donc à vous de définir la confiance que vous portez à un discours de marque et aux informations que vous jugez nécessaires à l’achat d’un vêtement.

Par contre, la responsabilité de trouver l’information, et donc de faire des choix éclairés sur l’éthique de consommation, ne doit pas reposer sur les consommateurs et consommatrices uniquement ! Il relève plutôt de la responsabilité politique, et donc collective, d’encadrer la réglementation en termes de transparence.
C’est la parole qui est portée par le collectif En Mode Climat qui œuvre à mobiliser les acteurs et actrices du textile autour de cette question.

Dans le même sens, des organismes comme Fairly Made ou La Belle Empreinte se sont structurés pour répondre à cette problématique. De plus en plus utilisés par les petites et grandes marques, ils permettent d’évaluer la traçabilité des produits et leur impact environnemental en termes de production. Ce sont des initiatives fondamentales pour avoir accès aux informations et désopacifier la chaîne de production, même s’il reste encore du chemin à parcourir.

Détail de l’empreinte écologique du pull Agami calculé par La Belle Empreinte.

Et Laines Paysannes dans tout ça ?

Il n’est pas toujours simple de trouver sa place dans une industrie textile où la mention Made in France sur l’étiquette suffit à justifier un monde idéal.
Que fait-on des matières utilisées, de la question de la traçabilité, et de la place de l’agriculture dans la production d’un vêtement ?
Vous en conviendrez, faire du Made in France tout en fibres synthétiques issues de l’industrie pétrochimique est discutable.

À notre sens, l’importance n’est pas tant le lieu de fabrication que la transparence des conditions de fabrication, l’inter-connaissance entre les acteur·rice·s d’une filière, la question de prix pensés au plus juste, le choix de matières naturelles et écologiques qui soutiennent une agriculture paysanne…
Tous ces engagements indispensables pour construire une mode responsable et que la mention « Made in France » vient parfois réduire à des arguments marketing.

D’ailleurs, pourquoi se limiter à la France ? De très belles collaborations peuvent naître de rencontres transfrontalières, il est parfois géographiquement plus pertinent de produire dans le pays voisin qu’à l’autre bout de la France.
Le « Fabriqué en France » n’est donc pas nécessairement éco-responsable. Tout dépend des engagements réels des marques au-delà des discours. Pour nous, il ne fait sens que s’il est employé avec honnêteté et transparence. Et pour vous ?
Qu’est-ce que vous attendez d’une mention Made in France ?

1Greenwashing : méthode de marketing consistant à communiquer auprès du public en utilisant l’argument écologique de manière trompeuse pour améliorer son image.

1 Comment

  • PIEL

    ,
    23 novembre 2023 @ 13h25

    Merci , les piqûres de rappel sont toujours très utiles !!!
    Et merci pour votre engagement sincère !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *